Partager :

Fiche anthropométrique

  • NOM : CARRERE
  • PRENOM : Brigitte
  • PSEUDO :
  • AGE : plus de cinquante…
  • PROFESSION : Conceptrice/rédactrice/photographe culinaire (presse et édition)

COMPTE-RENDU D’INTERROGATOIRE.

 

/

Avez-vous déjà été victime d’un acte de harcèlement de rue (ou ailleurs) ? Comment avez-vous réagi ?

Oui. Ma réaction a été différente selon mon âge (ma maturité). Jeune, c’était plutôt une impression de ne pas comprendre, de ne pas gérer la situation ce qui provoquait chez moi une sorte de « sidération » m’empêchant de réagir. Plus âgée, c’est plutôt devenu du mépris pour l’agresseur, avec éventuellement une réaction verbale pour montrer le ridicule de la situation. Voire une fuite selon le danger estimé.

Quelles solutions voyez-vous pour bannir le harcèlement de rue ?

En parler. Et surtout médiatiser le fait que ceux qui font ça sont des pauvres mecs, incapables de se maitriser et d’avoir de vrais relations avec les femmes.

On parle beaucoup de la place des femmes en ce moment (Grand prix d’Angoulême, moins de femmes au gouvernement depuis le remaniement…). Pensez-vous que l’on en fait assez à l’heure actuelle pour faire bouger les choses ?

Ce qui me paraît étonnant, c’est qu’on soit obligé d’envisager de « faire » pour faire bouger les choses. Ça devrait tellement être évident !

A votre avis, quelles actions sont ou seraient les plus efficaces à l’heure actuelle ? Faut-il instaurer des quotas de femmes ? Renforcer des actions plus fortes comme le font les Femen ?

Je ne suis pas pour le principe des quotas. La valeur devrait être naturellement reconnue quel que soit le sexe. Mais j’admets que c’est un élément qui permet de faire évoluer le modèle. Pour qu’ensuite la répartition des rôles soit naturellement plus équilibrée.

Que vous évoquent les thèmes abordés dans BITCH PLANET ?

Ce sont des thèmes transversaux : discrimination, inégalité voulue et nécessaire pour le « bon » fonctionnement d’une société… Ces fléaux sont universels et ne concernent évidemment pas seulement le clivage homme/femme. Ceux qui ont un pouvoir, quel que soit ce pouvoir, ne désirent (parfois inconsciemment ou noyée dans de bonnes intentions) qu’une chose : le garder pour conserver leurs privilèges, leur sentiment d’avoir plus et mieux que l’autre.

Pensez-vous que notre société ait progressé sur les questions de discriminations faites aux femmes depuis 10 ans ?

Oui pour ce qui concerne la législation. Différentes mesures on été prises depuis ces dernières années. Beaucoup moins en ce qui concerne les mentalités qui ont un temps de latence important. L’évolution de ces mentalités reste fragile et un retour en arrière est toujours possible pour les raisons que j’ai citées plus haut.

Les statistiques de la lettre de l’observatoire national des violences faites aux femmes (publication de novembre 2015) sont effrayantes :

–         en 2014, 118 femmes ont été tuées par leur conjoint(e).

–         chaque année, 223 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences conjugales dans ses formes les plus graves.

En moyenne, chaque année 84 000 femmes sont victimes de viols ou tentatives de viol

Quelles solutions préconiseriez vous pour enrayer ces statistiques ?

En plus de celles déjà engagées (campagnes de sensibilisation, certaines parties de la loi pour l’égalité réelle entre les hommes et les femmes etc) :

Sensibilisation dès le plus jeune âge au respect, à l’écoute, à la solidarité : cela peut être réalisé de manière institutionnelle à travers des activités sportives (rôle des éducateurs), dans certaines matières (compétences transversales qui pourraient être exercées au même titre que les savoirs)…

– Meilleure formation des travailleurs sociaux pour repérer, signaler, orienter les personnes en difficultés ou susceptibles de l’être.

– Augmentation des lieux et des moyens d’accueil, d’écoute des personnes en danger

– Formation adaptée du personnel destiné à la prise en charge des dépôts de plainte.

À propos de Bitch Planet : ce récit d’anticipation vous semble-t-il si éloigné que ça de notre réalité ?

Il s’agit d’une caricature. Comme toute caricature, les traits sont grossis, exagérés pour en faire ressortir certaines caractéristiques. Mais la base existe… même si les situations décrites sont extrêmes. Il serait intéressant de développer le concept pour justement faire le lien avec la réalité et mettre en avant les lieux où l’inégalité homme/femme est flagrante.

Et vous, dans l’univers de BITCH PLANET, seriez-vous jugée nonconforme (NC) ? Pourquoi ?

Evidemment… Face à des hommes ayant le profil de ceux décrits dans Bitch Planet, je ne pourrai qu’être non-conforme !!!

ET VOUS, ÊTES-VOUS NON-CONFORME ?

Envie de partager votre expérience ? Les questionnaires complétés sont à renvoyer à

community.manager@glenat.com

Suivez-nous sur Facebook

Partager :