Partager :

Fiche anthropométrique

  • NOM : Cussonneau
  • PRENOM : Lise
  • PSEUDO :
  • AGE : 34 ans
  • PROFESSION : Entrepreneure

COMPTE-RENDU D’INTERROGATOIRE.

 

/

Avez-vous déjà été victime d’un acte de harcèlement de rue (ou ailleurs) ? Comment avez-vous réagi ?

Oui, plusieurs fois : sifflets, invitations obscènes, masturbation. La plus part du temps j’ignore, je fixe un point au loin et je trace. Le jour de la masturbation à côté de moi j’ai éclaté de rire, ça calme, même si une fois rentrée chez moi je me suis sentie avilie.

Je dois dire que depuis que je ne prends plus les transports en communs je suis plus tranquille. Avant au moment d’entrer dans un bus ou une rame de métro j’avais pour habitude de scanner l’environnement immédiat pour éviter les gars un peu louches et durant le trajet je savais toujours parfaitement qui était à côté de moi et où se trouvaient les mains potentiellement baladeuse.

Quelles solutions voyez-vous pour bannir le harcèlement de rue ?

Sensibiliser les parents pour une éducation égalitaire des deux sexes, proposer des cours de civisme sur ces thématiques à l’école et pourquoi pas mettre les jeunes hommes en situation de harcèlement de rue (remarques sexistes et déplacées, mains aux fesses) pour une meilleure compréhension.

Proposer des stages gratuits d’initiation aux arts martiaux pour les filles dès le plus jeune âge. Je pratique un art martial et je dois dire que je me sens plus en confiance dans la rue en rentrant seule le soir.

Avez-vous été victime ou confrontée à un acte de discrimination au travail ? Lequel ?

Malheureusement tellement de fois. Du patron qui vient dans le bureau pour te faire un “massage” non souhaité, aux pseudo compliments sur une tenue, une jupe, un string qui dépasse. Un patron peu gêné, voir même hilare de vous souhaiter une bonne soirée tout en continuant à regarder un power point pornographique qu’évidemment vous voyez aussi.

Sans parler des réunions à l’heure où l’on doit partir pour récupérer ses enfants, sans parler du fait de nous demander si on a pris un RTT quand on part un peu plus tôt, de douter de notre sincérité lorsqu’on déclare travailler plus tôt le matin pour compenser. Se faire traiter de fonctionnaire alors qu’on a pas vraiment le choix des horaires.

Ne pas comprendre pourquoi on demande à passer cadre, où encore nous demander si on compte prendre notre 4/5ème avant de nous donner une promotion ou de meilleures missions. Entendre un manager demander à un collègue homme pourquoi ce n’est pas sa femme à lui qui prend le jour enfant malade. Etc…

Et le pire dans tout ça c’est que ces discriminations là venait d’une femme.

On parle beaucoup de la place des femmes en ce moment (Grand prix d’Angoulême, moins de femmes au gouvernement depuis le remaniement…). Pensez-vous que l’on en fait assez à l’heure actuelle pour faire bouger les choses ?

Non. Il faudrait changer complètement la société, l’éducation au sens large du terme (parents + écoles). Le plafond de verre n’est pas un mythe. Après pas question d’être victimes non plus, il faut retrousser ses manches et arrêter de systématiquement se dévaloriser. Et puis y’en a un peu marre de devoir se regrouper entre femmes, voir “castes” de femmes pour exister : mamans entrepreneurs, réseaux de femmes créatrices d’entreprise, réseaux de femmes des métiers du web…

Pensez-vous que la bande dessinée ou d’autres médias culturels, la pop-culture en particulier, soient de bons moyens de lutter contre l’exclusion et la maltraitance faites aux femmes ?

Oui même si c’est un process qui prendra plus de temps, mais peut-être pour des changements plus en profondeur.

Que vous évoquent les thèmes abordés dans BITCH PLANET ?

Que le fait d’être une femme dans un monde d’hommes fait pour et par les hommes n’est pas simple, surtout pour des femmes de caractères.

Pensez-vous que notre société ait progressé sur les questions de discriminations faites aux femmes depuis 10 ans ?

Oui quand même mais pour moi on ne sera vraiment à égalité que lorsque comme le dit Françoise Giroud à un poste important on désignera aussi une femme incompétente et évidemment pour le même salaire.

Les statistiques de la lettre de l’observatoire national des violences faites aux femmes (publication de novembre 2015) sont effrayantes :

–         en 2014, 118 femmes ont été tuées par leur conjoint(e).

–         chaque année, 223 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences conjugales dans ses formes les plus graves.

En moyenne, chaque année 84 000 femmes sont victimes de viols ou tentatives de viol

Quelles solutions préconiseriez vous pour enrayer ces statistiques ?

Une meilleure éducation sexuelle des jeunes hommes et jeunes femmes à l’école, des cours sur l’estime de soi et la confiance. Ce n’est pas en maltraitant une femme qu’on prouve aux autres et à soi qu’on est un homme un vrai. Enseigner le respect des autres et dépasser les clichés dès le plus jeune âge me semble primordial.

Que retenez-vous de la lecture de BITCH PLANET ?

Que les maltraitances faites aux femmes sont systématiquement injustes et uniquement des prétextes à la domination masculine. La femme est un objet une fois de plus.

Ce récit d’anticipation vous semble-t-il si éloigné que ça de notre réalité ?

Oui et heureusement. J’aurais aussi été curieuse d’un monde où la femme dirige et où ce sont les hommes qui sont non-conformes parce que ça pour le coup c’est inédit. Je ne suis pas convaincue que poser la femme systématiquement en victime qui doit résister soit la seule solution pour l’éveil des conscience, au contraire.

Et vous, dans l’univers de BITCH PLANET, seriez-vous jugée nonconforme (NC) ? Pourquoi ?

Oui totalement non conforme et à peu près à tous les niveaux. Je prone l’égalité en tout point et à tous les niveaux entre hommes et femmes. En plus je suis entrepreuneure, dans un domaine d’activité (le web) souvent dominé notamment pour la partie technique par des hommes. Un milieu où si vous ne possédez pas de coucougnettes vous n’êtes pas vraiment considérée, ni écoutée.

ET VOUS, ÊTES-VOUS NON-CONFORME ?

Envie de partager votre expérience ? Les questionnaires complétés sont à renvoyer à

community.manager@glenat.com

Suivez-nous sur Facebook

Partager :