Partager :

SHUTTER, série créée par Joe Keatinge et Leila del Duca, raconte l’histoire de Kate Kristopher, une ancienne exploratrice d’un monde bien plus fantastique que le nôtre, qui a préféré raccrocher pour mener une vie plus tranquille. Mais on n’échappe pas si facilement à l’aventure…

Retrouvez ci-dessous une interview inédite de Leila del Duca et une galerie détaillant le processus de création adopté par les auteurs.

Couleurs par Owen Gieni et lettrage d’Ed Brisson et John Workman.

Bonjour Leila ! Pourrais-tu nous décrire votre manière de travailler ? Utilises-tu des techniques traditionnelles ou numériques ?

Je commence en fait sur ordinateur, avant de passer au dessin traditionnel. Quand j’ai débuté le projet SHUTTER, je faisais tous mes story-boards sur papier, puis, je suis passée à Clip Studio. Ce logiciel s’appelait auparavant Manga Studio. Travailler ma narration sur ordinateur me permet de faire des changements très facilement, plutôt que d’avoir à gommer et de tout redessiner à la main. Quand j’ai terminé mes boards, je les imprime sur des feuilles A3 et je passe le tout sur du papier Bristol. Ensuite, je retravaille mes crayonnés. À ce stade, je dessine toujours sans trop de détails et assez librement ; cela me permet de dessiner une page en une à deux heures, selon sa complexité. J’encre à l’encre de Chine et au pinceau (un Raphaël Kolinsky en poils de martre, taille 2.) J’utilise un stylo Rapidograph et une règle pour les lignes droites. Pour le reste, je m’en tiens au pinceau. Une fois l’encrage terminé, je scanne et j’envoie les pages à Owen Gieni, notre coloriste pour SHUTTER. Il fait de la peinture numérique inspirée des techniques traditionnelles, notamment la gouache et l’aquarelle. Et il est génial !

SHUTTER, chapitre 1, pages 6-7, version finale :

SHUTTER, chapitre 1, pages 6-7, encrage :

SHUTTER, chapitre 1, pages 6-7, board :

Comment as-tu pensé le character design des personnages de SHUTTER et en particulier celui de Kate ? Avais-tu déjà un design en tête quand tu as lu le script pour la première fois ?

Avant même que je lise le script final, Joe et moi avons longuement discuté de la nationalité de Kate et de ce que nous aimerions voir chez notre personnage principal. Nous savions déjà ce que nous allions raconter dans le premier cycle et nous imaginions bien une métisse assez maigrelette pour notre histoire, avec de longs cheveux noirs flottant derrière elle, car c’est vraiment fun à dessiner pendant les scènes d’action. Par ailleurs, je voulais vraiment qu’elle ait un petit nez pointu : je suis fan des formes de nez un peu particulières et je n’en avais encore jamais dessinée sur un personnage principal 🙂

SHUTTER, chapitre 2, pages 2-3, version finale :

SHUTTER, chapitre 2, pages 2-3, encrage :

SHUTTER, chapitre 2, pages 2-3, crayonné :

SHUTTER, chapitre 2, pages 2-3, board : 

Quand tu as commencé ce projet, avais-tu des références en tête ou des influences particulières, bandes dessinées ou films, par exemple ?

Je sais bien que ce que je vais dire peut sembler ridicule mais j’ai la sensation que toute ma vie, j’ai attendu de dessiner SHUTTER. C’est l’aboutissement de tout mon travail et de tout ce qui a pu m’inspirer lorsque j’étais enfant, pendant mes études et au début de ma carrière : la science-fiction, la fantasy, les récits d’aventures, des héroïnes super bad-ass, les ambiances éthérées. Et puis, la conviction qui vient du fond du cœur qu’après tout, « on peut choisir sa famille ».

Enfant, j’adorais les dinosaures et j’ai été ravie d’apprendre que je pourrais en dessiner beaucoup dans SHUTTER. J’aime aussi beaucoup les histoires qui se passent dans l’espace, comme Star Trek et Star Wars et j’ai pu dessiner un tas de créatures étranges et de décors de science-fiction. J’admire également énormément la beauté de notre planète. C’était chouette de pouvoir représenter tant de plantes, d’espèces et d’environnements différents.

Joe savait que j’avais envie de dessiner des personnages et décors pour le moins… variés ! Il a créé cet univers et cet imaginaire incroyables. La petite fille qui sommeille en moi était plus que ravie. Il me faudrait des jours pour dresser la liste de tout ce qui m’a inspirée pour cette série, puisqu’on peut y retrouver un petit peu de tout ce que j’ai toujours aimé.

SHUTTER, chapitre 2, page 14, version finale  :

SHUTTER, chapitre 2, page 14, encrage :

SHUTTER, chapitre 2, page 14, board :

SHUTTER, chapitre 3, page 12, version finale  :

SHUTTER, chapitre 3, page 12, encrage  :

SHUTTER, chapitre 3, page 12, board  :

SHUTTER, chapitre 4, page 6, version finale  :

SHUTTER, chapitre 4, page 6, encrage  :

SHUTTER, chapitre 4, page 6, board  :

Partager :